Меню

Русский очевидецL'Observateur russeФранцузская газета на русском языке

Menu
lundi, 19 août 2019
lundi, 19 août 2019

«Les cadeaux diplomatiques de Pierre le Grand à nos jours» à Paris

12:53, 11 septembre 2017AnnoncesImprimer

Les 16 et 17 septembre 2017, l'exposition «Cadeaux diplomatiques de Pierre le Grand à nos jours» se tiendra à la résidence de l'Ambassadeur de Russie en France dans le cadre des Journées européennes du patrimoine.

La première partie de l'exposition est consacrée au projet de la reconstruction de l'intérieur du Cabinet d’Ambre

Le projet est exposé pour la première fois.

Ce projet de reconstruction a été créé sur la base de l'analyse des documents d'archives par le célèbre architecte restaurateur A. A. Kedrinsky et a été réalisé par les artistes-restaurateurs de l'atelier d’ambre à Tsarskoe Selo.

L'histoire du Cabinet d’Ambre:

Le fondateur de la dynastie royale prussienne, Friedrich Ier, a soutenu l'idée de l'architecte I. -F. Eozander de décorer son cabinet de l’ambre dans le palais Litzenburg (plus tard — Charlottenburg) près de Berlin — la résidence privée de la reine Sophia-Charlotte (la femme de Frédéric I). Après la mort de Sofia-Charlotte en 1709, il a été décidé de décorer avec des panneaux ambrés un autre palais — à Oranienburg.

Depuis 1618 en Prusse l'ambre (l'or de la mer Baltique, comme on l'appelait depuis longtemps), était utilisé pour la réalisation de précieux cadeaux diplomatiques.

Selon le projet, les murs du futur cabinet du roi devraient être décorés avec des panneaux d'ambre collés sur une base en bois. Au centre des grands panneaux ambrés, il était prévu de placer quatre grands miroirs dans des cadres somptueux. Sur les panneaux de socle figuraient des symboles de l'Etat prussien — l'aigle et le monogramme de Friedrich I. Dans la précieuse décoration intérieure, on a combiné la sculpture tridimensionnelle de différents reliefs et les gravures les plus fines avec une doublure en feuille dorée.

Friedrich I a décidé d'organiser un tel intérieur spectaculaire dans la résidence de la capitale. Les panneaux ambrés ont été démantelés, transportés à Berlin et placés dans la salle du château royal. Apparemment, Pierre le Grand a vu pour la première fois le «miracle d’ambre» en 1713, quand il est venu en Prusse pour des entretiens avec le roi Frédéric Guillaume Ier, successeur de Friedrich I. L'empereur russe a quitté la Prusse avec un désir de voir ce miracle à Saint-Pétersbourg comme la perle principale de sa collection.

Ce rêve s’est réalisé trois ans après. En 1716, après des négociations fructueuses avec le monarque prussien, Pierre le Grand a reçu comme cadeau la Salle d’Ambre qui deviendra la «huitième merveille du monde».

Selon l'inventaire conservé, la Salle d’Ambre a été amenée à Saint-Pétersbourg via Memel et Riga.

L'impératrice Elizaveta Petrovna, peu de temps après son accession au trône, a trouvé l'usage d'un cadeau précieux de Berlin dans la nouvelle résidence d'hiver qu'elle construisait, le Troisième Palais d'Hiver.

Dès 1746, la Salle d’Ambre a commencé à servir pour les réceptions officielles, mais comme le Palais d'Hiver a été reconstruit, elle a été déplacée à plusieurs reprises d'un endroit à l'autre.
En juillet 1755, Elizaveta Petrovna ordonna à Rastrelli de créer une nouvelle Salle d’Ambre dans Tsarskoye Selo (maintenant le Palais de Catherine). Ainsi, une nouvelle ère de presque deux cents ans de la gloire de la «huitième merveille du monde» en Russie a commencé.

Dans les premiers jours de la Grande Guerre patriotique, l'évacuation des objets de valeur a commencé dans le Palais de Catherine. En raison de la fragilité des panneaux ambrés, il a été décidé de ne pas les démanteler, mais d'effectuer une conservation sur place.
Lorsque les allemands ont envahit la ville de Pouchkine, les panneaux ambrés ont été retirés et envoyés à Koenigsberg.

Dans le livre du musée de Koenigsberg dans une note N200, il s’agit de la Salle d’Ambre qui a été offerte au musée par l'Administration allemande es palais et des jardins.

En 1944, avec la retraite des Allemands, les panneaux ont été emballés dans des boîtes et envoyés dans une direction inconnue. À partir de cette époque, les traces de la Salle d’Ambre sont perdues. Les recherches n'ont pas donné de résultats.
En juillet 1979, le Conseil des ministres a décidé de recréer les panneaux d’ambre. Le travail sur le projet de l'architecte AA Kedrinsky a commencé en 1983.
En 1994, les premiers panneaux ont été reconstruits par les restaurateurs de l'atelier Tsarskoye Selo.

Les travaux sur la reconstruction de la «huitième merveille du monde» ont duré 24 ans et, lors du 300e anniversaire de Saint-Pétersbourg, la légendaire Salle d’Ambre entièrement restaurée a accueillit les premiers visiteurs.

 

La deuxième partie de l'exposition est consacrée aux dons diplomatiques:

  1. «Livres exclusifs — cadeaux diplomatiques». Cette série précieuse comprend 14 albums destinés aux chefs d'États étrangers lors des visites officielles et des sommets. La complexité de la performance — les pierres précieuses, la peinture dorée, l'émail et le contenu (aquarelles originales et fac-similé de manuscrits anciens) ont fait de ces livres des œuvres d'art inestimables.

Parmi les livres présentés :
— Album-livre «Présidents de France», avec 45 aquarelles authentiques

— L'album-livre «Des Souverains de la Russie», avec 72 aquarelles originales d’après les dessins de V.P. Vereshchagin;
— Le livre "L'établissement impérial des ordres des cavaliers russes " — une copie fac-similé de l'institution impériale de Paul I, 1797;
— Copies d'anciens manuscrits rares — Évangiles, Torahs, etc.

2. «Description historique des vêtements et des armes des troupes russes» A.Viskovatov — une description détaillée du costume militaire et civil de 862 au règne de l'empereur Nicolas I. 30 volumes — 4000 dessins en couleur et 5000 pages de descriptions. Chaque volume s’expose dans un écrin en bois, décoré d'un panneau en pierre solide, réalisé en technique mixte: figures — sculpture sur pierre solide; fond — mosaïque florentine.

L'idée et la réalisation du projet appartiennent aux patrons russes Strigo Anatoly Siluanovich et Kalinina Angelica Alexandrovna.

Journées européennes du patrimoine à la résidence de l'Ambassadeur de Russie en France — 16 et 17 septembre de 10h00 à 18h00. 79, rue de Grenelle, 75007 Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Envoyer un message
  1. (champ obligatoire)
  2. (e-mail correct)