Меню

Русский очевидецL'Observateur russeФранцузская газета на русском языке

Menu
jeudi, 12 décembre 2019
jeudi, 12 décembre 2019

Evtouchenko et Paris

La rédaction, traduction de Clara Dimitrov0:24, 3 avril 2017CulturesImprimer

Le premier avril ce cette année, les journaux de tous les pays dans lesquels Evgueni Evtouchenko avait lu ses poèmes et avait donné des interviews nous ont annoncé qu’il nous avait quitté.

Evgueni Evtouchenko était venu à Paris et s'était produit à plusieurs endroits.
Il nous reste des photos en souvenir de lui.

13 июня 2014 г. ЮНЕСКО | l'UNESCO, 13.06.2014 ©Борис Гессель

Театр на Таганке спектакль «Нет лет» по мотивам Е.А. Евтушенко в UNESCCO, 13.06.14 | Spectacle d'après «Pas d'àge» de Evtouchenko à l'UNESCO, 13.06.2014 ©Борис Гессель

Выступление в посольстве РФ 30 января 2012г. | L'ambassade de Russie en France, 30.01.2012 ©Борис Гессель

Студенты театральной студии г.Лиможа( рук. А.Кузнецов) по мотивам Е.А.Евтушенко. Посольство РФ 30.01.12 | Les étudiants de l'école théâtrale de Limoges. L'ambassade de Russie en France, 30.01.2012 ©Борис Гессель

Посольство РФ, 30.01.12 | L'ambassade de Russie en France, 30.01.2012 ©Борис Гессель

©Борис Гессель

ЮНЕСКО, 13.06.2014 | l'UNESCO, 13.06.2014 ©Борис Гессель

2 commentaires

  1. Галина Овчинникова dit :

    «Я люблю пейзажи человеческих лиц», — говорил в интервью Е.А. Евтушенко.

    Всегда буду помнить его наблюдательность и пытливость в совместном творении французских переводов его стихов. Даже его одна строка, прочитанная с энергетикой в тысячу вольт, могла заряжать наши души порядочностью, честностью, силой воли.

  2. Wladimir Vostrikov dit :

    J'avais été l'écouter à une soirée du CRSC à l'ambassade de Russie en 2015. Je connaissais quelques poèmes, mais celui qui était inscris dans ma mémoire depuis des décennies était : «Le Russes veulent-ils la guerre» — demandez au silence, demandez à ma mère, à ceux qui gisent sous les bouleaux... et vous comprendrez «les Russes veulent-ils la guerre». Les Russes et les peuples de l'ancienne URSS en ont suffisamment perdu de leurs compatriotes. Je l'avais écouté alors qu'il se déplaçait déjà difficilement, il parlait avec humour d'un ancien amour sud américain... son poème chanté par les Chœurs de l'Armée Rouge, nous ,donnait des frissons, notamment à mon «petit» frère Oleg disparu le 25 mars dernier et enterré par un prêtre extraordinaire de l'église du patriarcat de Moscou, le 4 avril, hier. Mémoire éternelle à tous les deux. Oleg aimait ce poème et nous le chantions en chœur avec le disque, nous notre fratrie d'enfants d'émigrés russes. Вечная память !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Envoyer un message
  1. (champ obligatoire)
  2. (e-mail correct)