Меню

Русский очевидецL'Observateur russeФранцузская газета на русском языке

Menu
lundi, 6 juillet 2020
lundi, 6 juillet 2020

Sérénissime ! Le dernier siècle de la République

Elena Iakounine, traduction de Jasmine Beaune0:16, 28 février 2017CulturesImprimer

Le Carnaval de Venise s’étend sur une période d’environ deux semaines et demi et Mardi gras est le dernier jour de cette fête enivrante et éprouvante.

C’est à cette occasion que le musée Cognacq-Jay a crée l’exposition thématique «Sérénissime ! Venise en fête, de Tiepolo à Guardi ».

20170224_115349&

Même si vous vous êtes déjà rendus dix fois dans le quartier du Marais, nous vous conseillons vivement d’y retourner. Tout d’abord, afin d’observer la constante évolution de l’ancien quartier.

Les murs de son enceinte s’éclaircissent avec les années. Ils ne sont pas blanchis, ils s’animent de l’intérieur, de l’énergie des jeunes qui transforment ces demeures du XVIIème siècle en de modernes et élégantes boutiques et bistros. Tous près se trouvent des anciens musées aux cours intérieures étincelantes.
Ainsi s’écoule harmonieusement dans le quartier une vie joyeuse, a tel point que l’on a envie d’y retourner encore et encore.

20170224_115837

Les touristes venus passer une semaine dans la capitale se rendent vite compte qu’ils n’auront pas le temps de visiter le musée Cognacq-Jay. Mais si ce n’est pas votre première visite dans cette ville à l’architecture et à l’atmosphère particulière et si le musée Carnavalet et le musée Picasso (du même quartier) vous est déjà familier, rendez- vous alors dans cette demeure datant du XVIIème siècle dont les salles ont été décorées par le couturier français Christian Lacroix.

Cognacq est le nom du propriétaire du grand magasin parisien La Samaritaine, qui, jusqu’à récemment, occupait tout le quartier de la rue de Rivoli au quai de Seine et disposait d’un restaurant panoramique au dernier étage.

Le riche entrepreneur avait un faible pour l’art du XVIIIème siècle. Il a rassemblé des œuvres de Boucher (artiste préféré de madame de Pompadour), Fragonard, Tiepolo, Chardin et de nombreux autres artistes. Il a légué sa collection à la ville de Paris. Elle est maintenant disposée sur les étages de l’exposition permanente du musée Cognacq-Jay (Jay est le nom de famille de l’épouse du mécène).

L’exposition « Sérénissime ! Le dernier siècle de la République » est également centrée sur le XVIIIème siècle, mais ce n’est pas (seulement) parce qu’Ernest Cognacq appréciait cette période. Il se trouve que durant ce siècle, il y eut un envol des arts dans la Sérénissime. Et c’est à la fin de ce même siècle, avec l’arrivée de Napoléon en 1797, que l’histoire de la République a pris fin.

Durant les dernières années du XVIII, dans la mythique salle de l’opéra La Fenice on jouait du Monteverdi. Dans les salles des opéras municipaux chantait l’inégalé Farinelli (le plus célèbre castrat).

Ж.Амигони Портрет Фаринелли|Jacopo Amigoni, Farinelli Paris, musée Carnavalet

Carlo Goldoni a magnifié la commedia dell’arte comme personne.

Dans la virtuosité de la veduta (des paysages de Venise) Francesco Guardi suivait les pas de son aîné, Canaletto. Les nobles, en souvenir de leur séjour dans la ville romantique achetaient les peintures dont les canaux, les ponts, les palais et, bien sûr, la place Saint-Marc étaient minutieusement décrits par Guardi.[/lang_fr]

Ф.Гварди, Избрание дожа |Francesco Guardi le Doge de Venise porté par les gondoliers après son élection sur la place Saint-Marc, Musée de Grenoble

Pietro Longhi, un autre célèbre peintre vénitien a décrit la vie, les mœurs et les plaisirs sans fin des cercles aristocratiques durant la célèbre période du carnaval.
Masques, costumes, animations publiques et privées, ripailles et scandales des tavernes sont les thèmes principaux des toiles de Longhi.

08_

П.Лонги, Игорный дом |Pietro Longhi Le Ridotto, Fonsazionne Querirni Stampalia

Giovanni Battista Tiepolo fut le dernier grand peintre de l’école de peinture Vénitienne. Toute l’Europe connaissait Tiepolo, car il était considéré comme le maître inégalé des fresques. La plus grande fresque connue à ce jour serait son œuvre.

Ж-Б Тьеполо Триумф Полишинеля | Giandomenico Tiepolo, Le triomphe de Polichinelle, Copenhague Statens Museum for Kunst

Le XVIIIème siècle fut le dernier accord majeur de la République. Résister à Napoléon Bonaparte était ardu et s’est finalement avéré inutile. En 1797, le dernier doge, Ludovico Manin, ratifiait l’abdication et en vertu du traité de paix, le territoire de la Sérénissime fut rattaché à des états voisins.
Et pourtant, malgré tout, Venise a été et reste une fête qui est toujours avec toi

L’exposition « Sérénissime ! Le dernier siècle de la République » se tiendra jusqu’au 25 juin 2017.
Adresse du musée Cognacq-Jay : 8, rue Elzevir, 75003 Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Envoyer un message
  1. (champ obligatoire)
  2. (e-mail correct)