Меню

Русский очевидецL'Observateur russeФранцузская газета на русском языке

Menu
vendredi, 7 août 2020
vendredi, 7 août 2020

Tenue du Congrès international pétrovien à Paris

Elena Iakounine, traduction de Clara Dimitrov0:50, 23 avril 2017Russie IciImprimer

Les 20 et 21 avril le congrès «Itinéraires européens de Pierre le Grand» a eu lieu au Centre russe quai Branly à Paris.
L'événement coïncidait avec les 300 ans de la visite de Pierre Ier en France.

IMG_0668

Le 21 avril 1717, pour la première fois dans l'histoire le monarque russe traversait la frontière et arrivait sur le territoire français. Il y a passé 65 jours.

Le séjour qu’a fait Pierre Ier en France dans le cadre de son deuxième voyage européen et l’impact que cette visite a eu sur le développement des relations franco-russes est la raison pour laquelle on considère avril 1717 comme la date de naissance des relations diplomatiques entre la France et la Russie. C’est ainsi qu’aujourd’hui, ces deux pays ont dépassé le seuil des 300 ans de collaboration.

Des hôtes de marque ont assisté au congrès : le sénateur Jean-Pierre Chevènement, le secrétaire perpétuel de l'Académie française Héléne Carrère d'Encausse, le délégué du maire de Paris chargé de relations internationales ainsi que des personnalités éminentes de la capitale.

Capture d’écran 2017-04-20 à 19.28.18

Quant à la délégation russe, elle était composée du directeur du Fond Dmitri Likhatchov Aleksandre Kobak, du directeur général du musée-réserve d’état «Peterhof» Elena Kalnitskaja, du directeur scientifique de l’institut Pierre le Grand Evgeni Anissimov, et d’historiens et spécialistes de l'époque pétrovienne.

Lors de la cérémonie d’ouverture, l'ambassadeur de la Russie en France Alexandre Orlov a remis le drapeau du programme international «Le Voyage de Pierre le Grand» à la ville de Paris. Traditionnellement, ce drapeau est remis aux villes que Pierre Ier a fondées ou bien aux villes dans lesquelles un souvenir historique du séjour du tsar est conservé. Désormais, Paris, avec les villes d'Arkhangelsk, Derbent, Vienne ou encore de Cambridge, est considéré comme une «ville de Pierre le Grand».

IMG_0651

Deux villes ont été honorées de la médailles des « 300 ans de la visite de Pierre le Grand en France » : Saint-Germain-en-Laye et Charleville-Mézières.

IMG_0623

Les participants du congrès on planté sur les terres du Centre russe un arbre symbolique en mémoire de l'anniversaire de cette date.

À l’issu du séjour de presque deux mois de Pierre Ier en France, un document important a été élaboré : un traité d'alliance qui fit de la Russie un partenaire à part entière et sur lequel l’Europe dut par la suite compter. L’objectif principal de ce long séjour était d' « entrer dans le rang des nations européennes » et d’affirmer le rôle de grande puissance de la Russie.

Le traité, conclu entre la France, la Russie et la Prusse à Amsterdam en août de la même année, et qui est entré dans l'Histoire comme celui d'Amsterdam, a permis à la Russie de gagner la Grande guerre du Nord. La visite de Pierre Ier a donné naissance à des relations diplomatiques régulières entre la France et la Russie. Le premier représentant de la Russie en France fut le Baron Chleïnitse.

Il est difficile d'évaluer les répercussions du voyage du tsar en France

De nombreux savoirs, l'architecture des châteaux, le fonctionnement du système des fontaines de Versailles et Marly, les essais dans le domaines des sciences et de l'art, le cérémonial, l'étiquette, la mode, tout ce qui était alors nouveau et mystérieux pour un russe, était décrit et dessiné.

On peut lire dans le journal du tsar, que quand il était à Paris, il se levait à 5 heures du matin et étudiait attentivement la capitale : Arsenal, la place des Vosges et celle des Victoires, actuelle place Vendôme, le Louvre et le jardin des Tuileries, le palais du Luxembourg, sans compter les académies, les bibliothèques publiques et autres cabinets de curiosités.

Pierre Ier a littéralement ramené «toute la France sur du papier».
C’est également à ce moment-là qu’on a invité à venir travailler en Russie toutes sortes de spécialistes et d’artisans talentueux.

Dans son livre «Pierre Ier en France», Sergei Mezine écrit : «le débarquement français», qui a surgit à Saint-Pétersbourg était si important qu’un véritable « faubourg français » est apparu sur l'île Vassilievski.

L'historien et membre du gouvernement français Alfred Rambaud considère que : «Ce qu’il (Pierre Ier — ndlr) emporta de chez nous, ce fut la future civilisation de la Russie»

Dans le cadre du congrès, le centre d’exposition à Branly tient une exposition « 1717. Un Tsar à Paris. Pour les 300 ans de la visite de Pierre le Grand en France », qui est ouverte au public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Envoyer un message
  1. (champ obligatoire)
  2. (e-mail correct)