Меню

Русский очевидецL'Observateur russeФранцузская газета на русском языке

Menu
jeudi, 23 janvier 2020
jeudi, 23 janvier 2020

A la mémoire de Dorothée Chemiakine

Kira Sapguir, traduction de TM0:36, 22 janvier 2018Russie IciImprimer

L’artiste Dorothée Chemiakine est décédée dans une province française.

Dorothée Chemiakine est née le 9 mai 1964 à Pétrograd-Léningrad-Pétersbourg. Elle était née sous le signe du Taureau. Le même que celui de son père, l’artiste Mikhaïl Chemiakine.

Ses « forts des Halles »[1], qui tirent la charge surnaturellement lourde de carcasses taurines lentement dans la ville nocturne avec des cordes de basse tendues[2], avaient soufflé ceci à Mikhaïl Chemiakine par ses entrailles de taureau. Leur bourdonnement en sourdine — fut l’accompagnement inaudible de l’enfance de Dorothée.

Et cette enfance se déroula dans un manoir ensorcelé. Un manoir où la fête ne s’arrêtait jamais — la fête éternelle de la création. Heureusement le manoir avait été ensorcelé par des enchanteurs bienveillants, son perron était couvert d’inscriptions conjuratoires et Tchernomor[3] le noir, et sa Pravda rouge n’y pénétrèrent jamais.

Ce manoir enchanté consistait en une simple pièce dans un appartement collectif — mais il y avait des jouets idéaux et d’anciens contes racontés à Dorothée par sa mère l’enchanteresse et sa grand-mère la fée, animant les poupées.

Ce monde de contes de fées exigeait le papier. Le père, en voyant les premiers dessins de sa fille comprit tout de suite : elle était artiste jusqu’au bout des ongles — et il entreprit de l’éclairer sur toutes les subtilités des couleurs et du papier.

Dorothée Chemiakine eut droit à sa première exposition à l’âge de quatre ans — à l’époque, on exposa ses œuvres au Musée Russe et c’est à cette exposition de dessins enfantins que Tchernomor la menaça d’un doigt inquisiteur : la petite Dorothée Chemiakine fut accusée de… formalisme. Ainsi s’exprima son hérédité, mais en fait la continuité de son héritage.

 

NON CONFORMISTE EN COUCHES

          Les fenêtres du manoir de conte de fées, s’ouvrirent largement sur le monde libre, lorsque la petite fille eut sept ans — elle se retrouva à Paris avec ses parents. Elle y participa à la fameuse exposition au Palais des Congrès de la capitale — à égalité avec des maîtres de l’art non officiel tels que Oleg Tselkov, Oscar Rabin, Mikhaïl Chemiakine son père, Ernst Neizbestny. Dorothée eut droit à un stand complet, et la majorité de ses œuvres furent vendues le jour de l’ouverture de l’exposition.

L’élégant sarcasme et le graphisme virtuose qui échappent en général à l’enfance transportait les amateurs et connaisseurs ; la capacité de figurer le mouvement d’un seul trait puissant et précis héritée de son père. La subtilité des nuances de la couleur étaient sans nul doute la marque de l’influence de sa mère, la grande artiste Rebecca Chemiakine.

Ensuite les expositions se succédèrent l’une après l’autre : Paris, New-York, Londres, Hong-Kong. En Grèce, en Suisse, en Russie.

En 1994, dans une exposition à la galerie Charpentier fut présentée sa série de trente œuvres sur le thème de la « Corrida » (pastel à l’huile et collages).

Dorothée Chemiakine. La série de la «Corrida».

Le ciel s’ouvrait, dans l’arène se produisait Apis, le Dieu taureau. La bataille sacrée commençait, celle qui avait tant inspiré Goya et Picasso.

S’accomplissait alors l’immolation prédestinée par l’épée ou la corne : le torera s’abat, lâchant l’épée ; le cheval empalé par la corne, pousse un cri d’agonie, les dents serrées par la douleur. La mort se retourne en passion.

Le taureau est l’élu parmi les monstres terrestres. La bataille vaut mieux qu’un massacre. Et les mules traînent le cheval dans le sable, tirent ses tripes au soleil, puis la carcasse ensanglantée et ceinte d’une chaîne du taureau. La vie quitte l’arène.

Dorothée Chemiakine n’était pas attirée vers ce moitié combat moitié ballet de demi-dieux par le clinquant, la furie de l’instant ou les pirouettes acrobatiques des postures agiles du torero — mais par son appréhension de l’essence de la corrida, le caractère épique du « moment de vérité » comme l’appellent les afficionados, solennel et sévère.

C’est ainsi que tout est ici mêlé, entrelacé, déversé — la carcasse du taureau, le tournoiement d’ailes de corbeau de la cape, l’éclat crasseux d’un soleil blanc, le sang vermillon sur fond gris-brun.

Dorothée Chemiakine dessina ses Taureaux et torero, comme pour célébrer l’action consacrée, le rituel funèbre, constant comme la prière, éternel, comme l’amour.

Et qu’est-ce qui mêlait tout ça ? La mélancolie.

 

[1] Silatchi, ou « homme fort », légendaires personnages de cirque et de foire, dont un des plus célèbres fut Ivan Chemiakine (1877—1952) fameux haltérophile et lutteur de son temps. Titre d’une série de tableaux de Mikhail Chemiakine, chapitre de la série plus générale « Le Ventre de Paris ».

[2] Les cordes de contrebasse étaient fabriquées avec des entrailles de bœuf.

[3] Dieu marin de la Mer Noire, dont la bienveillance était sujette à caution, ici, il symbolise les soviets.

 

Nos sincères condoléances à la familles de Dorothée Chemiakine.

 

5 commentaires

  1. Вера dit :

    Искренне жаль. Еще жаль, что не знала ее работ, не следила за выставками и творчеством... Грустно.

  2. Алла Змиева dit :

    Печаль. Печаль. Печаль

  3. Елена dit :

    Мои искренние соболезнования Михаилу Михайловичу и Саре Шемякиным!

  4. Анатолий dit :

    Дорогие Михаил Михайлович и Сара, мои искренние соболезнования, Вам!

    Анатолий Неверов.

  5. Нина Евтушенко dit :

    Разделяю Ваше горе. Зачем и почему всё талантливое уходит так быстро ?

    Нина Евтушенко

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Envoyer un message
  1. (champ obligatoire)
  2. (e-mail correct)