Меню

Русский очевидецL'Observateur russeФранцузская газета на русском языке

Menu
vendredi, 4 décembre 2020
vendredi, 4 décembre 2020

À Nice, la ville de Moscou est à l'honneur

traduction de D.F.0:32, 19 juin 2016RencontresImprimer

Dans le cadre de la série d'événements consacrés aux journées de Moscou, une conférence de presse dont le thème est «les opportunités touristiques de la ville de Moscou» s'est tenue à Nice en juin.

160610 1 (402)

 

 

 

 

 

Le rendez-vous qui a réuni d'importants tour-opérateurs de la côte d'Azur et des représentants de la presse russe et française a été inauguré par Irina Yaremko, conseillère au département de politique nationale, des relations interrégionales et du tourisme de la ville de Moscou.

Lors de son intervention, cette dernière déclarait que «le choix de la ville de Nice comme hôte d'un des événements des journées de Moscou n'était pas fortuit. Nice connaît parfaitement la Russie et les Russes depuis bien des années, et ce n'est pas pour rien que la ville est surnommée „ville la plus russe de France“». Au XIXe siècle déjà, Nice était la station balnéaire européenne la plus populaire auprès de l'intelligentsia et de l'aristocratie russe. De nombreux endroits dans la ville sont liés à des membres de la famille impériale russe, il y a beaucoup d'églises orthodoxes à Nice, quant au cimetière russe orthodoxe, d'illustres aristocrates y reposent. La capitale de la Riviera fut enfin un lieu de villégiature et de création pour nombre d'emblèmes de la culture russe. Parmi eux, Gogol, Tioutchev, Tchekhov, Chagall, Bounine, Chaliapine ou encore Diaghilev.

Ainsi, Nice historique est sans doute la ville de France la plus familière avec la mentalité russe et où le nom de «Moscou» n'est pas seulement associé au Kremlin scintillant dans d'innombrables blockbusters hollywoodiens, mais aussi à la culture classique russe. Au XXIe siècle, Moscou perpétue toujours cette bonne entente traditionnelle. "D'années en années, les touristes sont toujours plus nombreux à vouloir visiter la capitale russe et à s'imprégner de ce qu'il y a de mieux en Russie : de la diversité, du multiculturalisme et du multiconfessionalisme ! " a ajouté Irina Yaremko lors de son allocution.

Ces dernières années, la capitale russe a fait l'objet d'une reconstruction générale. Les monuments architecturaux ont été rénovés, les parcs de la ville, uniques, ont été repensés, de nouveaux restaurants de standing international se sont ouverts, de nouvelles galeries d'arts ont été inaugurées, de nouveaux circuits ont été aménagés pour les piétons et les cyclistes. En somme, l'infrastructure touristique de la ville a fait peau neuve.

Moscou est la ville la plus verte de Russie, elle compte plus de 400 parcs aménagés à la dernière mode. La ville occupe à juste titre sa place parmi les capitales touristiques de choix : elle peut se targuer d'un héritage historique riche, de la diversité architecturale de ses monuments, de la gastronomie qu'elle propose, de ses aires de shopping, des hautes technologies qu'elle met à l'œuvre, du grand confort et du service qu'elle offre à ses visiteurs, enfin, des événements culturels qu'elle organise.

Aujourd'hui, Moscou a bien plus à offrir que ses sites touristiques mondialement connus. Il y a certes le Kremlin, la place Rouge, le couvent de Novodievitchi, les rues Tverskaya et Arbat, le mont des Moineaux et sa vue imprenable sur la ville, la tour Ostankino, le théâtre Bolshoï fraîchement rénové où sont jouées des premières mondiales, la Mosquée-cathédrale la plus grande d'Europe, le musée de la guerre Froide, le prétendu bunker de Staline à 65 mètres sous terre, le Planétarium, le Centre d'art contemporain, mais aussi les éco-parcs à la pointe des progrès en matière d'écologie comme le parc Gorki ou le centre panrusse des expositions fraîchement rénové et d'autres parcs encore.

Irina Yaremko a également ajouté que «si l'on prend en compte seulement les données officielles, plus de deux millions de visiteurs logent dans les hôtels de Moscou pour des déplacements professionnels. Parmi ces visiteurs, on compte beaucoup d'Allemands. Ils occupent la deuxième place du top 10 des visiteurs étrangers à Moscou. D'autre part, 40% des visites dans la capitale sont des déplacements d'affaires».

Chaque année, plus de 200 expositions internationales sont organisées dans la capitale russe ainsi que des centaines de forums, congrès et conférences. Les plus grands parcs d'exposition et les centres de congrès majeurs affichent complets, notamment ceux qui sont agréés par les organisations internationales.
27 chaînes hôtelières international sont présentes à Moscou pour un total de 39 hôtels et 10 790 chambres. On citera parmi elles les groupes Accor, Hilton Hotels, Hyatt International Corporation, Kempinski hotels, Korston Hotels&Malls, Lotte Hotels&Resorts et Marriott International. Au total, on dénombre plus de mille hôtels à Moscou.

L'hôtel «Métropole» a réservé à ses visiteurs une offre unique : «hôtel Métropole et théâtre Bolchoï, la magie à deux pas». Les clients de l'hôtel peuvent à la fois dormir dans les chambres du célèbre hôtel de la capitale et assister à un ballet ou à un opéra sur la scène principale du théâtre le plus renommé du pays. Ce n'est pas tout : à Moscou, on peut loger même dans un musée. En effet, le palais Petrovski, outre le fait d'être un véritable musée, propose aux curieux de séjourner au cœur de Moscou dans une de ses chambres et de se plonger dans l'époque de Catherine II.
En matière d'hébergements, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses à Moscou. On y trouve aussi bien les hôtels les moins chers possibles où le prix est le critère essentiel que des établissements de luxe qui proposent chambres spacieuses, salles de conférence, restaurants gastronomiques etc. La chaîne hôtelière internationale russe AZIMUT Hotels se démarque dans toute cette diversité : elle occupe la première place tous critères confondus.

Partout en Russie, il est possible d'avoir accès librement à l'Internet, notamment sous terre dans le «le plus beau palais souterrain au monde», le métro de Moscou. Le projet «Wifi gratuit» y a été lancé, et c'est un exemple éloquent d'harmonie entre traditions et nouvelles technologies. Les utilisateurs équipés de smartphones peuvent accéder à des interfaces permettant d'organiser soi-même ses excursions, de commander un taxi ou encore d'avoir recours au covoiturage.

Arpenter Moscou est sans danger. La police touristique est présente sur tous les circuits fréquentés et, de manière générale, la ville a vu son taux de criminalité sensiblement réduit. Cela est notamment dû à la mise en place de programme comme «ville sûre». Plus de 200 000 caméras de vidéosurveillance à haute résolution ont été installées dans les passages souterrains, le métro, les transports terrestres mais aussi dans les rues de la ville et les bâtiments.

Irina Yaremko a longuement évoqué les berges de Moscou. Elles sont une des attractions principales de la ville. Elles sont en pleine transformation et leur apparence est aujourd'hui totalement différente, le soir, elles s'illuminent de mille feux. On peut se risquer à affirmer qu'aucune ville au monde ne voit sa principale artère fluviale se parer d'un tel éclairage la nuit tombée.

La ville propose également un nouveau produit touristique : on peut désormais acheter un billet valable 24 heures qui permet de se déplacer à Moscou en bateau-mouche et en bus touristique à deux étages. 40 bateaux et 15 bus sont en circulation.
Autre particularité de l'offre de transport fluvial à Moscou : la Moscova est navigable toute l'année grâce à la flottille Radisson Royal, constituée de 10 yachts brise-glace avec service de restauration à leur bord. Les bateaux assurent tous les jours de l'année des excursions d'une heure ou deux heures et demie sur la Moscova, permettant ainsi aux passagers d'admirer les principales attractions touristiques de la ville : le Kremlin, le couvent de Novodievitchi, la statue de Pierre-le-Grand, la cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux, l'université et d'autres emblèmes de l'histoire du centre-ville, tout ça en un temps record et sans embouteillages.

Pour conclure la conférence de presse, Irina Yaremko a évoqué les évènements en projet.
En 2016, Moscou accueillera 6 marathons pour lesquels les inscriptions sont déjà ouvertes. En hiver, 191 patinoires à glace artificielle seront installées dans la ville, dont la plus grande au monde, située au centre panrusse des expositions (20 500 mètres carrés).

La patinoire la plus importante du pays a été quant à elle installée directement dans le centre historique de la capitale, sur la place Rouge. De plus, Moscou compte dans son enceinte 650 km de pistes de ski et 9 pistes de ski alpin.
Pour 2016, 64 événements sportifs majeurs sont prévus dans la capitale. La ville est déjà en première ligne pour la préparation de ces rencontres d'importance majeure dans le monde du sport : elle s'apprête à accueillir les matchs de la Coupe des confédérations FIFA 2017 puis la Coupe du monde de football en 2018.
Pour la deuxième année consécutive, les foires de Noël dans la capitale attirent un grand nombre de visiteurs, touristes de l'étranger et de toute la Russie. Le nombre de visiteurs pour le festival «voyage au pays de Noël» de la saison 2015—2016 avait atteint 11 millions, dont 4 étaient des touristes présents dans la capitale.

Tous les ans en automne, la ville accueille le festival de la Lumière il enchante aussi bien les Moscovites que les touristes. L'année dernière, l'événement avait rassemblé près de 7 millions de visiteurs, les espaces consacrés à ce festival étaient installés partout dans la ville. En 2015 également, la vidéo projection réalisée sur la façade du ministère de La Défense est entrée dans le livre des records Guinness : d'une superficie de 19000 mètres carrés, l'écran sur lequel a été projeté un film de 60 minutes avait demandé 140 vidéoprojecteurs et plus de 650 projecteurs.

Pour Irina Yaremko, Moscou est prête à accueillir tout le monde à n'importe quel moment de l'année et la capitale russe a de quoi satisfaire les touristes les plus exigeants et les plus connaisseurs. Pour ceux qui ont toujours voulu connaître la Russie, son hospitalité, son caractère original qui mêle histoire et modernité, il ne reste plus qu'à acheter un billet d'avion.

L'organisatrice des saisons gastronomiques franco-russes Natalia Marzoïeva était également invitée à la conférence, elle est intervenue pour présenter les traditions gastronomiques et les nouveautés et restaurants qui valent le détour à Moscou.

160610 1 (390)

 

«Il est impossible de ne pas évoquer les célèbres semaines de la gastronomie française qui se tenaient en Russie une fois tous les dix ans entre 1862 et 1912 quand on parle de l'amitié culinaire franco-russe. Les meilleurs chefs français ont participé à ces „batailles de la cuisine française contre l'estomac russe“, comme les appelait judicieusement Aksakov. D'années en années, d'importants personnages comme Katkov, Skobelev, Tourgueniev, Prjevalski, Vitte, Morozov, Tchekhov, Dorochevitch et autres y ont assisté.»

Comme toute autre capitale, Moscou reflète et concentre tout ce qu'il y se passe de plus intéressant dans le pays. Si l'on s'intéresse à la gastronomie, Moscou permet de goûter à la diversité des traditions culinaires russes. Ce sont entre autres les cuisines des peuples d'Asie centrale, du Caucase, de l'Extrême-Orient, de Sibérie qui y sont représentées. Chacune de ces régions a ses propres produits, ses propres traditions culinaires qu'il est possible de découvrir dans la capitale. Bien entendu, les cuisines du monde (française, chinoise, italienne etc.) ne sont elles non plus pas en reste à Moscou.

La capitale est une ville de restaurants russes de légende. On pense avant tout au restaurant de la maison centrale des écrivains, aux restaurants Pouchkine et Yar. La maison centrale des écrivains et le restaurant Pouchkine ont fait la légende de la ville : outre leur décoration et leur architecture admirable, pour les Moscovites, leurs noms sont associés à l'histoire et à la littérature.
Autre tendance : la cuisine russe est de nouveau en vue, les recettes traditionnelles se renouvellent et sont revisitées, de nouveaux chefs russes occupent le devant de la scène et utilisent bien plus de produits locaux.

Natalia Marzoïeva l'a aussi mentionné : «les chefs russes adaptent et modernisent les recettes traditionnelles. Le résultat en est des créations intéressantes dignes des restaurants gastronomiques de renom. Je ne veux citer personne mais je me félicite de voir qu'il y a des chefs russes dont le nom commence à être célèbre en dehors de la Russie, comme Andreï Chmakov, Ivan et Sergueï Berezoutski, Volodia Moukhine, Ivan Chichkine, Ilia Zimine ou encore Konstantin Makridine. Je suis tout aussi ravie de voir des chefs étrangers s'établir à Moscou et y ouvrir leurs restaurants.»

Enfin, la spécialiste a ajouté : "La gastronomie est la première carte de visite d'un pays. La première chose que chacun fait en arrivant dans un pays est de se rendre au restaurant, on ne visite pas le Louvre ou la galerie Tretiakov avec le ventre creux. Nous n'avons pas fini de parler de la Russie et de ses attraits gastronomiques.
Cette année, les saisons gastronomiques franco-russes 2016 sont prévues fin août à Monaco, en octobre à Paris et en novembre à Moscou. Pour cette édition, la gastronomie sera associée à l'art. Les thèmes seront les produits aphrodisiaques, la photographie et le jazz à Monaco, pour Paris, ce sera la gastronomie et la peinture, enfin à Moscou, c'est pour l'instant un secret mais ça promet d'être intéressant ! ".

Un commentaire

  1. Michael dit :

    Жаль, что чего-то подобного не проводит во Франции Санкт-Петербург. При всем уважении к Москве, ее истории и ее достопримечательностям, Петербург все-таки куда интереснее. Он к тому же какой-то более уютный, более домашний — в сегодняшней Москве этого, увы, почти не чувствуется.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Envoyer un message
  1. (champ obligatoire)
  2. (e-mail correct)