Меню

Русский очевидецL'Observateur russeФранцузская газета на русском языке

Menu
mardi, 2 juin 2020
mardi, 2 juin 2020

Pavel Lounguine à Paris : «Le cinéma raconte plus du pays que la politique»

Anastasiia Bureau, taduction de Clara Dimitrov0:46, 11 mars 2017RencontresImprimer

Le 7 mars, au Centre Spirituel et Culturel Orthodoxe Russe quai Branly, dans le cadre de la semaine du cinéma russe «Quand les Russes chantent», s'est déroulée une rencontre avec le réalisateur et scénariste Pavel Lounguine.
L'Observateur russe a assisté à l’événement.

Лунгин2

Au festival étaient présentés deux films de M. Lounguine. Le premier est La Dame de pique, dont l'intrigue se déroule dans deux mondes : dans l'opéra La Dame de pique de Piotr Tchaïkovski, et dans le déchaînement passionnel, non moins important, de la vie. Le deuxième film présenté est Taxi Blues, qui a été récompensé au festival de Cannes en 1990.
Les amateurs de cinéma russe se sont montrés intéressés par cette rencontre : non seulement nos compatriotes, mais aussi des Français ont participé au débat sur la créativité de l'artiste. Pavel Lounguine a répondu avec plaisir aux questions de l'assemblée.

Лунгин

— Comment «est arrivé» ce projet franco-russe qu'est Taxi Blues ?

— Il est arrivé par hasard (il rit). Mes relations avec la France remontent à loin, bien avant la sortie de ce film : ma mère, quand elle était jeune, a émigré dans ce pays. C'est pourquoi, dès le plus jeune âge, j'ai appris sa langue, sa culture... Mais c'est avec Taxi Blues que tout a changé. À ce moment là (dans les années 1990, ndlr), c'était à la mode pour les étrangers d'aller en Russie, et d'acheter des babioles, des chapkas, des cartes «Troïka» (carte de transport moscovite réutilisable, ndt), etc. C'est comme ça, en achetant des souvenirs, que j'ai rencontré le futur producteur de ce film, je lui ai donné à lire le scénario de Taxi Blues. Après quelques mois, il m'a appelé, il voulait que je réalise ce film.

 — Pour vous, de quoi parle ce film ?

— Il parle de la liberté des Russes et de la Russie dans cette période compliquée qu'étaient les années 1990.

— Votre autre film, La Dame de pique est un opéra au cinéma, pourriez-vous le refaire dans l'époque actuelle, sous la forme d'opéra ?

— Bien sûr que je pourrais. Je l'ai déjà fait dans ma tête. D’après moi, l'opéra est généralement beaucoup plus proche du cinéma que le théâtre, parce qu'il y a beaucoup plus de sentiments.
La musique dans le cinéma est extrêmement importante pour moi, elle permet non seulement de faire découvrir les personnages, mais aussi de les improviser. Dans La Dame de pique par exemple, j'ai essayé de mélanger le classique avec la modernité: Tchaïkovski avec un thriller.

— Le modèle de conduite de l’héroïne principale de La Dame de pique, Sophie Mayer, est très provoquant. Que vouliez-vous montrer ?

— Je voulais vraiment créer un personnage provocant, voir même immoral, mais mon but était de montrer, à travers ce prisme, que cette femme était réellement talentueuse.

— Vous êtes un réalisateur franco-russe. Dans le choix de vos acteurs, vous privilégiez vos concitoyens ou bien des Français ? Dans quelle langue il vous est plus facile de travailler ?

— C'est vraiment une question difficile, parce que la langue, ce n'est pas juste une langue, mais un véritable monde, un véritable reflet de la psychologie du peuple. Il m'est plus facile de travailler avec des acteurs russes, parce que je vois ce qu’il en est de la personne qui est devant moi. Au contraire, en France, il m'est difficile de comprendre ce que pensent les gens. Nous sommes différents. C'est pour ça que je trouve qu'il est nécessaire de faire ce genre de festival, et de montrer des films russes en France. Parce que parfois, le cinéma raconte plus du pays que la politique.

Informations : Pavel Lounguine est né le 12 juillet 1949 à Moscou, dans une famille proches des milieux artistiques. Son père, Semion Lounguine était dramaturge et sa mère, Lilianna Lounguina était une traductrice littéraire connue. Cependant, la carrière de Pavel dans le cinéma ne fut pas immédiate : il commença par faire la faculté de philologie de l'Université d'État de Moscou, après quoi, il travailla quelque temps comme sociologue. C'est seulement dans les années 1980, après avoir suivi les Cours supérieurs pour les scénaristes et réalisateurs de films qu'il est devenu réalisateur diplômé.
Ses débuts au cinéma commencent par la sortie du film Vsyo delo v brate en 1976, pour lequel il écrit le scénario. Son premier film, cité plus haut, Taxi Blues, il le réalise alors qu'il est âgé de 40 ans. Il remportera la palme du meilleur réalisateur au festival de Cannes en 1990.

Au début des années 1990, le réalisateur vit en France, mais après quinze ans, il retourne en Russie.
Pavel Lounguine est connu en qualité de réalisateur pour des films comme : Tzar, L’Île, Dirizhyor, La Dame de pique, et d'autres. Des films ont été réalisés d'après ses scénarios, comme Un nouveau Russe.

Photos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Envoyer un message
  1. (champ obligatoire)
  2. (e-mail correct)