Меню

Русский очевидецL'Observateur russeФранцузская газета на русском языке

Menu
jeudi, 12 décembre 2019
jeudi, 12 décembre 2019

LES SOKOLOV

La rédaction8:45, 25 septembre 2019ImagesImprimer

L’exposition « LES SOKOLOV » relie les créations de trois générations de la famille Sokolov.

©Vladimir Bazan

Nicolaï Aleksandrovitch Sokolov, Vladimir Nikolaevitch Sokolov et Anna Vladimirovna Sokolova.

La famille Sokolov permet d’imaginer et de s’imprégner non pas, comme on le pratique souvent, à travers le prisme traditionnel de l’histoire de l’art et plus particulièrement de l’art soviétique mais à travers une « dynastie » de peintres indépendants.

Anna Sokolova ©Vladimir Bazan

A l’origine de cette « dynastie » artistique se trouve N.A. Sokolov. Né en 1903 à Moscou, il étudie au VHUTEMAS (Ateliers supérieurs d’art et de technique) où il rencontre M. Krylov et M. Kouprianov.

Cette amitié donne naissance au triumvirat qui porte un nom fabriqué à partir des premières syllabes du nom de famille de chaque : KOU — Kouprianov, KRI — Krilov et NIKS — N. Sokolov. Ce nom qui donnera « Koukriniksy », deviendra un mouvement reconnu dans le monde entier.

©Vladimir Bazan

Son fils, Vladimir Nikolaevitch Sokolov, né en 1940 étudie à l’Académie d’art et d’industrie Stroganov à Moscou en tant qu’architecte d’intérieur.

Vladimir fait aujourd’hui partie de l’Académie de peintres de la Russie. Dès le début de son travail artistique Vladimir ne s’inspire jamais de l’idéologie soviétique contrairement aux œuvres de « Koukriniksy » qui portent sur la Seconde guerre mondiale.

©Vladimir Bazan

Le fils de N.A. Sokolov se focalise principalement comme graphiste. Sa création picturale comporte de nombreux paysages et nature-mortes. Dans ses tableaux Vladimir offre inlassablement aux spectateurs l’inépuisable beauté de ce qui nous entoure.

©Vladimir Bazan

La fille de Vladimir, et donc la petite fille de N.A. Sokolov, Anna Sokolova naît en 1976.

Après avoir étudié aux Beaux-Arts Sourikov à Moscou, Anna devient membre de l’union des artistes en Russie mais aussi en France.

Dans ses tableaux on perçoit, avec la virtuosité technique qu’on lui connait, sa superposition de couleurs, sa facture dynamique et « savoureuse », son amour pour la peinture.

Les œuvres d’Anna se trouvent dans des musées et des collections privées.

©Vladimir Bazan

©Vladimir Bazan

A.Sokolova et A. -S.Favard ©Vladimir Bazan

©Vladimir Bazan

Dans cette filiation Sokolov sur trois générations on trouve une indéniable permanence : une prédilection pour le coté ensoleillé, lumineux, aérien, nourri de liberté de la peinture.

 I-Gallery. Intelligence, 1 quai Voltaire, 75007 Paris. Jusqu'au 6 octobre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Envoyer un message
  1. (champ obligatoire)
  2. (e-mail correct)