Меню

Русский очевидецL'Observateur russeФранцузская газета на русском языке

Menu
samedi, 26 septembre 2020
samedi, 26 septembre 2020

La 11e Semaine du cinéma russe « Regards de Russie » s'est achevée à Paris

21:06, 19 novembre 2013NouvellesImprimer

REGARDS DE RUSSIE : 11e SEMAINE DU CINEMA RUSSE À PARIS

13 — 19 novembre 2013

3 salles : l'Arlequin — Majestic Passy — Reflet Medicis

18  films récents en VO sous-titrée

www.cinema-russe-paris.com


1er-cp-11e-semaine-cinema-russe-paris-13-19-nov-2013-3


La 11e Semaine du cinéma russe s'est achevée le 19 novembre. Même en pleine semaine, les dernières séances de la Semaine ont fait salle pleine : « le bouche à oreille » fonctionnant aussi bien en France, qu'en Russie. Et ce n'est pas le seul trait « cross-culturel » commun relevé par les participants à la Semaine.

Pendant 7 jours, le cinéma « L'Arlequin » (ancien cinéma « Cosmos » — « résidence » du cinéma soviétique à Paris) a servi de plateforme culturelle au cinéma russe. Il parait qu'habitant dans le 6e, Rudolf Noureev était un habitué de ce lieu, voilà pourquoi le documentaire « Rudolf Noureev. Le Démon rebelle » qui lui est consacré et qui a été projeté dimanche 17 novembre, est si symbolique. Les séances « hors les murs » ont également suscité un grand intérêt du public.

Le « Majestic Passy » invitait, le 14 novembre, au film « Métro », tandis que le « Reflet Médicis » a projeté, le 15 novembre, 2 films de Taïssia Igoumentseva : « En Chemin » et « Corps et biens » (films primés à Cannes)

Alexandre Vélédinski, dont le film a été projeté à Paris, simultanément à sa sortie sur les écrans russes, a pu constater que « cet oxymore de la vie » a été perçu de manière chaleureuse et sincère, aussi bien par le public russe que français ; pourtant ces derniers, au cours des débats avec le réalisateur, ont émis des doutes quant à l'authenticité des événements portés à l'écran !

Il s'est trouvé que Constantin Youchkevitch qui présentait le film de Victor Chamirov « Le Jeu de la vérité », avait tort de s'en faire : les réactions de la salle aux plaisanteries adaptées de la pièce de Philippe Lellouche étaient parfaitement adéquates et même pareilles à celles observées dans les cinémas russes.

Stanislav Govoroukhine a dû sûrement être surpris, lui qui considérait que son film n'était pas fait pour la jeunesse : plus d'une cinquantaine de jeunes spectateurs ont assisté à la projection de son film « Weekend ». Les adolescents — élèves d'un lycée parisien — ont tellement aimé le film qu'après des excuses joviales dues à l'utilisation de moyens techniques modernes (téléphones portables), ils ont longtemps retenu le célèbre réalisateur, à l'issue des débats, en se faisant photographier avec lui, à tour de rôle.

L'actrice Daria Ekamassova qui présentait le film « Les Epouses célestes du peuple Mari » a eu droit aux débats les plus animés. Le film d'Alexeï Fedortchenko (après la sortie sur les écrans français de son œuvre précédente « Le Dernier voyage de Tanya ») était très attendu en France, mais même les Français, pourtant larges d'esprit, l'ont jugé « trop érotisé ». Les débats ont été passionnés, mais, en fin de compte, les spectateurs ont reconnu qu'il « n'y avait pas d'érotisme inutile dans le film ».


Le public a été longtemps intrigué par la question : « laquelle des deux actrices a reçu son rôle grâce à sa ressemblance avec une célèbre actrice française » qui n'a, au demeurant, pas été nommée par le producteur de « La Honte » Vladimir Malychev, lors de la présentation du film. En effet, le public français a trouvé une ressemblance non seulement entre Elena Korobeïnikova et Annie Girardot, mais aussi entre Larissa Marchalova et Isabelle Huppert.

Les spectateurs qui, lors de la présentation du film de Boris Khlebnikov « Une Longue et heureuse vie », ont bombardé de questions l'acteur Alexandre Yatsenko au sujet de « la vie dans les coins perdus de la Russie » ont, probablement, reçu une réponse inattendue. Alexandre Yatsenko a avoué que, jusqu'à présent, il essayait de comprendre ce que lui avait dit, un jour, sa mère : « Si tu veux changer quelque chose, Sacha, tu dois changer toi-même ».

Plus de 4000 spectateurs ont vu 18 films russes figurant au programme de la Semaine, parmi lesquels  : « Une Longue et heureuse vie» (réal. B.Khlebnikov), « Le Jeu de la vérité » (réal. V.Chamirov), « Judas » (réal. A.Bogatyrev), « Le Légendaire N° 17 » (réal. N.Lebedev), « Métro » (réal. A.Meguerditchev), « Les Epouses célestes du peuple Mari » (réal. A.Fedortchenko), « Elle » (réal. L.Sadilova), « Corps et biens » (réal. T.Igoumentseva), « La Honte » (réal. Y.Razykov), « Je veux aussi » (réal. A.Balabanov), « Week-end » (réal. S Govoroukhine).


La 11e Semaine du cinéma russe à Paris a eu lieu avec le soutien du Ministère de la Culture de la Fédération de Russie, dans le cadre de la Saison croisée d'art scénique et de cinéma Russie-France 2013—2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Envoyer un message
  1. (champ obligatoire)
  2. (e-mail correct)