Меню

Русский очевидецL'Observateur russeФранцузская газета на русском языке

Menu
dimanche, 27 septembre 2020
dimanche, 27 septembre 2020

Les sportifs russes gagnent du terrain au Red Bull Crashed Ice 2018 à Marseille

par Artem Arifov0:17, 20 février 2018SociétéImprimer

Virages, survitesse et un grand show. Le 16 et le 17 février la 3e étape du Red Bull Crashed Ice a eu lieu à Marseille.

Photo : Anna Chernyshova

Red Bull Crashed Ice est un championnat mondial d’Ice Cross Down Hill. Le sport qui mélange short track et skicross

Au premier coup d’œil, on pourrait les confondre avec le hockeyeurs... Pourtant les riders, ces athlètes qui dévalent la piste, n’ont pas de canne, ni de protection et on se demande s’ils n’ont pas oublié leur tête.

La vitesse moyenne sur le track est de 40 km/h. Sur les virages elle peut souvent atteindre 70 km/h.

« Pour moi la plus grande émotion  dans ce sport est de passer un virage ou un élément difficile sur le track sans tomber », raconte le rider russe Egor Tutarikov à « L’Observateur Russe ».

Depuis la naissance de ce sport, les sportifs russes sont restés sans médailles. Les premières places ont été prises par les Finlandais, puis par les Canadiens et les Américains.

Lors de cette édition à Marseille, chez les hommes, c'est l'Américain Cameron Naasz qui a gagné. Chez les femmes, la victoire est revenue à la Canadienne Jacqueline Legere.

Mais cette tendance change progressivement.

Photo : Anna Chernyshova

Parmi les 120 riders venus du monde entier, 14 Russes étaient présents

Comme tous les participants, les sportifs russes ont payé eux-mêmes leur voyage. Certains se sont préparés à l’avance  et ont trouvé des sponsors. Une partie de l’argent a été collectée par des simples citoyens de toute la Russie via la plateforme de crowdfunding.

Cette politique a apporté ses fruits, car les Russes ont eu du succès.  Certains ont intégré la liste des 20 meilleurs riders de la compétition. Le meilleur parmi les russes était German Titov, qui a terminé à la 16e place. Denis Novozhilov, 19e place, Andrei Antipov, 32e place, Vladislav Kochukov, 43e place, Nikolai Zakharov, 45e place, Dimitriy Murlychkin, 49e place, Pavel Kryukov, 56e place. Chez les femmes, Viktoria Senotrusova est arrivée 13e, Tatiana Leushina 18e place juste devant Elena Ivanova, 19e place.

Photo : Anna Chernyshova

Les Russes ont eu le plus de succès dans la catégorie Juniors

Egor Tutarikov (18e place) et Dimitriy Murlychkin. Ce dernier est devenu l’espoir de l’équipe russe. Il  représente une nouvelle génération des riders. Pour lui, c’est un vrai sport professionnel qui demande beaucoup d’effort pour réussir.

Chez les juniors, Dimitriy Murlychkin a remporté la 3e place. Il était le premier dans l’histoire de ce sport qui a monté le drapeau russe sur le podium parmi les juniors.

Contrairement aux Jeux Olympique à Pyeongchang,  les sportifs russes à Marseille ont pu participer à la compétition sous le drapeau national. Les scandales de dopage n’ont pas touché les riders. Les participants ne sont pas soumis au contrôle, et ce sport est totalement libre de toute influence politique.

« Nos riders n’ont pas de raison de se doper. Tous les sportifs ont les mêmes chances pour la victoire et tout dépend d’eux-mêmes », raconte Egor Tutarikov. « Dans ce sport il est impossible de prédire les résultats, car il se développe trop vite. Ceux qui étaient les premiers il y a quelques années, peuvent aujourd’hui ne pas être présents parmi les 10 meilleurs », ajoute-t-il.

Il était vraiment impossible de prédire le résultat de la compétition marseillaise. « 20 sportifs ont été amenés en ambulance à l’hôpital le premier jour du championnat », détaille Egor Tutarikov.

Photo : Anna Chernyshova

Selon les riders, la cause de cette avalanche de blessés était la qualité du track. Une descente de 10 m avec plus de 60° d’angle est devenue la partie de la piste la plus dangereuse.

A cela s’ajoute la météo. Selon Egor Tutarikov, la course de Marseille était la plus chaude. « D’habitude je patine en bonnet. A Marseille c’était pas la peine de le porter, car à 15 degrés même la glace fondait », dit-il. A cause des températures, les entrainements avaient lieu très tôt le matin.

Ce sport n’est plus perçu par les sportifs comme un show ou un sport amateur. Ice Cross Down Hill devient un sport professionnel. Les sportifs espèrent qu’il  fera partie du programme des Jeux Olympiques 2022 à Pékin.

La quatrième édition et le final du Red Bull Crashed Ice aura lieu en mars 2018 à Edmonton au Canada.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Envoyer un message
  1. (champ obligatoire)
  2. (e-mail correct)