Меню

Русский очевидецL'Observateur russeФранцузская газета на русском языке

Menu
dimanche, 25 août 2019
dimanche, 25 août 2019

Souvenir de « La route vers ce printemps » dans le Centre russe de Paris au Quai Branly

Anastasiia Bureau, taduction de Davis Nyembo13:10, 9 mai 2017RencontresImprimer

Le 8 mai 2017, un concert a eu lieu au centre spirituel et culturel du quai Branly à Paris, en hommage à la 72e année de la victoire de Seconde Guerre mondiale, «La route vers ce printemps ». L’événement a été organisé par l'association du diocèse de Chersonèse.IMG_20170508_185518

« L'Observateur russe » s'est rendu à l'évènement.

Ieromonakh Iossif a inauguré le concert en rappelant le lien entre le Jour de la victoire et la fête orthodoxe de Pâques.
« Il est important de noter que la victoire est arrivée les journées pascales, pendant la période où l'église fêtait la résurrection du Christ. En 1945, cette période correspondait à la semaine sainte.

IMG_20170508_185940

En l'honneur de cet événement, qui a radicalement changé le cours de l'histoire, nous organisons un culte chaque année, en nous souvenant de ceux qui ont donné leur vie pour que nous puissions voir le jour se lever. Dans un même temps, nous remercions le Seigneur, car il nous donne la possibilité de réaliser la grâce que chacun reçoit le dimanche de Pâques. Car c'est en s'en rendant compte que l'on peut recevoir cette source de sagesse qui change nos cœurs », déclare-t-il.

L'animatrice de la soirée Elena Solojenko, également membre de l'association, a continué la pensée de Ieromonakh Iossif.

« Le fait que la guerre a débuté le jour de la Toussaint et s'est terminée le jour de Pâques représente un vrai symbole. La coïncidence de ces dates témoigne du fait que le sacrifice du peuple a été accepté par Dieu. Cette victoire de la vie sur la mort n'était pas seulement réelle sur le plan physique, mais également sur le plan spirituel. Quel sens a alors la guerre ? Dans l'histoire de l'Humanité, la guerre a toujours représenté l'opposition des civilisations. L'ennemi qui veut nous faire la guerre ne veut pas seulement s'emparer de nos maisons, il cherche aussi à changer notre style de vie. Et cette tentative pour détruire la civilisation chrétienne a échoué », explique Elena Solojenko.

Le concert a été un mélange de cours d'histoire, d'exposition de documents historiques, de poèmes, de témoignages, et bien évidemment, de chansons de guerre populaires, chantées par les membres de l'association. Il a été fait mention des soldats soviétiques qui ont combattu pour la mère-patrie, des partisans et de leurs exploits héroïques, et aussi des femmes et des mères qui ont attendu leur retour.

IMG_20170508_191803

« Efistinia Fiodorovna Stepanova, mère au foyer russe, a perdu neuf fils au cours de trois guerres, dont six sont morts pendant la Seconde Guerre mondiale. Le septième est mort en temps de paix des suites de ses blessures», raconte Elena Solojenko. Praskovia Eremeievna Voloditchkina a vu ses neufs fils partir au front. Ils sont allés à la guerre chacun leur tour. Son plus jeune fils et son « préféré», Nikolaï, a été envoyé au front alors qu'il sortait tout juste de l'armée. Elle n'a pas pu lui dire au revoir, elle n'a reçu qu'une note de lui disant : « Mère, chère mère ! Ne pleure pas ! Nous partons au front. Nous vaincrons les fascistes et nous rentrerons à la maison. Attends-nous. Ton petit Nicolas ».

Nicolas et ses quatre frères ont laissé leurs vies au front de 1941 à 1943. Vassili, l'un de ses autres fils, a été tué en 1945. Le sixième avis de décès n'est jamais arrivé à destination. Le cœur de cette mère n'a pas pu le supporter, et elle en est morte », relate Solojenko.

« Эх, дороги » (Ekh, dorogui « Ah, les chemins ») interprété par John Larcheveque, sonnait, sans doute, comme l'une des chansons de guerre les plus profondes de cette soirée. Le très léger accent français du chanteur lui conférait une touche plus dramatique et patriotique, car avec les événements tragiques qui se sont produits durant cette guerre, elle n'a pas été un drame seulement pour l'Union soviétique, mais aussi pour les autres pays du monde.

Mais la guerre a pris fin en 1945. Les événements de ces années sombres sont restés dans le passé, mais le Jour de la victoire restera à jamais un jour important et sacré, bien que certains la considère comme une fête triste, qui rappellera toujours à l'Humanité les erreurs dramatiques et les pertes importantes du siècle dernier.

Le concert s'est terminé par la chanson « День Победы » (dien' pobiedy « Jour de Victoire »), chantée en chœur par le public et les artistes.

Photos et vidéo de l'auteur

4 commentaires

  1. Владимир Н. dit :

    Насколько мне известно День всех святых палае на 1 ноября. Вообще все это мероприятие напоминает широкомасшабный спиритический сеанс. И для чего праздновать некруглую дату? Лучше эти деньги бы давать живым. Больше толка.

  2. Михаил К dit :

    ...шлягера «День Победы»... — это сильно!!!

    Там еще \"В землянке\" и \"Журавли\" пели... Тоже \"шлягеры\" по вашему? Или не дотягивают?

  3. Елена dit :

    Автор статьи допустила ошибку: на концерте было сказано, что 22 июня 1941 — день памяти Всех Святых в земле Российской просиявших. Гитлер был мистиком и дату начала войны с СССР выбрал неслучайно.

    Ответ Владимиру, автору предыдущего комментария:

    никакого спиритический сеанс, это был настоящий военный концерт, люди плакали и покидали зал со словами огромной благодарности.

    Все работали бесплатно и концерт был бесплатный. Такие мероприятия проводятся уже много лет, в прошлом году зрители собрали средства на восстановление памятника на могиле советского солдата в г. Мо.

    Если следовать Вашей логике по поводу некруглых дат, то и парад Победы на Красной площади в Москве и акцию Бессмертный полк надо проводить не каждый год, а раз в 5 лет.

    День Победы в наше время является, на мой взгляд, единственной датой, когда мы чувствуем себя единым народом, где бы мы не находились.

  4. Лю;итель dit :

    Уважаеый автор! Не могли бы Вы дать № телефона Центра на Бранли?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Envoyer un message
  1. (champ obligatoire)
  2. (e-mail correct)