Меню

Русский очевидецL'Observateur russeФранцузская газета на русском языке

Menu
jeudi, 15 avril 2021
jeudi, 15 avril 2021

Alexandre Serebriakoff «Paysages et intérieurs»

18:23, 24 octobre 2020ImagesImprimer

Alexandre Serebriakoff s’inscrivait dans la tradition de l’aquarelle du XIXe siècle.

©Boris Guessel

Surtout celle des peintres français, anglais et italiens : Hippolyte Garnerey (1787—1858), Jean Baptiste Fortuné de Fournier (1797—1864), Ernest Jaime (1804—1884) et autres. Mais il accordait aussi une grande attention aux aquarellistes russes : Piotr Sokolov, Vassili Sadovnikov, Nikolaï Efimov, et surtout son oncle, Albert Benois.

©Boris Guessel

Le jeune peintre élabora une technique personnelle : un dessin précis au crayon, qu’il recouvrait ensuite d’une couche d’aquarelle ou de gouache, en accentuant à l’aide de petites touches les éléments architecturaux, les gens, les reflets, le frémissement de la surface de l’eau et autres détails.

Les contemporains d’Alexandre, qu’il s’agisse de russes émigrés ou de peintres français, n’avaient presque plus recours à cette technique. De nouvelles tendances étaient à la mode dans la peinture et le dessin, contre l’emprise desquels s’élevaient les artistes dans les familles Benois et Serebriakoff.

©Boris Guessel


©Boris Guessel


©Boris Guessel


©Boris Guessel


©Boris Guessel

Une place particulière appartient à un petit nombre de peintures à la gouache et à l’aquarelle, sans détails architecturaux, mais respirant l’air de Paris, avec des ombres délicates et des lignes souples (« Notre-Dame et l’île de la Cité », 1930 ; « Pont Neuf et île de la Cité », 1930 ; « Pont Royal et Louvre », 1935 ; « La Seine et le pont Neuf », 1936 ; « Paris vu depuis le clocher de Notre-Dame », 1938 ; « Pont de la Concorde », 1938). Dans toutes ces œuvres, les lignes colorées et fluides rappellent la manière d’Albert Marquet et ses quais et parcs parisiens.

©Boris Guessel


©Boris Guessel

Centre Spirituel et Culturel Orthodoxe Russe à Paris au 1 Quai Branly — 75007 — Paris

Jusqu’au 29 novembre 2020 inclus.

Elle reste ouverte tous les jours de 14.00 à 19.00 (sauf lundis). Bonne visite pour ceux qui ne l'ont pas encore vue!

Entrée libre et gratuite !

 

 

A propos de la  famille Serebriakoff :

“Le monde radieux de Catherine Sérébriakoff”

L’exposition « Paris » d’Alexandre Serebriakoff au Centre russe du quai Branly

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Envoyer un message
  1. (champ obligatoire)
  2. (e-mail correct)